// actualités

Compte-rendus

Formation d’Olivier Sidler au salon Bâtir Écologique

Le salon Bâtir Écologique du 27 au 29 novembre 2009 à  la grande halle de la Villette à Paris a été l’occasion pour Olivier Sidler de lancer sa nouvelle formation « La rénovation à très basse consommation d’énergie des bâtiments existants ». Une formation particulièrement intéressante et bien organisée, merci à l’Institut Négawatt.

L’introduction a mis en avant l’urgence de la situation environnementale. Pour faire court, on aurait jusqu’à 2015 pour inverser la tendance au niveau de la production de gaz à effet de serre et donc la consommation d’énergie. Sans quoi la machine climatique devrait s’emballer entrainant une augmentation de la température et du niveau des mers. L’autre urgence provient de l’épuisement des ressources en énergies. Rien de nouveau donc, si ce n’est qu’il faut agir rapidement.

D’un point de vue politique M. Sidler démontre que l’incitation a ses limites et que l’on atteindra jamais les objectifs du Grenelle de l’Environnement sans imposer par la règlementation. Il est vrai que que le prêt à taux zéro rencontre un certain succès, mais que tous ses résultats sont loin d’être à la hauteur. Selon lui les hommes politiques sont très volontaires, mais ils leur manque avant tout du conseil. Au final ce que l’on peut constater au niveau local serait donc aussi vrai au niveau national.

D’un point de vue économique, Nicolas Stern, un économiste présent au sommet de Copenhague, explique qu’en ne faisant rien le changement climatique coûtera 5% du PIB. Alors qu’en agissant il devrai coûter aux alentours d’ 1% du PIB.

Il vaut mieux rénover que démolir pour reconstruire à neuf. Sur ce point ce ne sont pas les architectes qui diront le contraire, il y a de nombreuses années que l’on défend cette démarche. De toute façon c’est la démarche la plus efficace aussi bien d’un point de vue économique qu’environnementale.

L’essentiel de la formation portait sur le côté technique de la rénovation thermique. Beaucoup de chiffres et d’expériences particulièrement intéressantes ont été présentées. Surtout il était vraiment intéressant de voir les analyses après travaux sur un an afin de détecter les réussites et failles du système. On en retiendra principalement l’importance de l’étanchéité à l’air, du comportement des habitants et de ne pas choisir une chaudière trop puissante par rapport aux besoins, puisque cela affecte directement son rendement.

Le dernier chapitre abordait la question de la consommation d’électricité. En effet une fois les bâtiments correctement isolés et chauffés intelligemment, l’électricité devient la principale consommation d’énergie. Dans ce domaine les aménagements nécessaires sont assez faibles :

  • Installer un interrupteur sur l’ensemble des prises d’alimentation de l’équipement audiovisuel (enjeux de 650 kWh/an soit 75 euros).
  • Raccordement EF/EC des lave-vaisselle (enjeux 180 à 200 kWh/an).
  • Sécher son linge en extérieur pour ne pas augmenter l’humidité intérieur ce qui augmente les besoins en chauffage et ventilation (enjeux 500 kWh/an soit 55 euros).
  • Éviter la proximité du réfrigérateur et du four.
  • Éviter le sur-éclairage des pièces comme on peut souvent le constater dans les immeubles de bureaux.

Dans l’ensemble cette formation valait vraiment le déplacement, surtout que son prix était tout à fait abordable. Ce qui m’a encouragé à m’inscrire à la prochaine, une formation de trois jours sur la conception des bâtiments à très faible consommation énergétique.

Articles similaires:

Discussion

Un commentaire pour “Formation d’Olivier Sidler au salon Bâtir Écologique”

  1. i http://tadalafil-ph24.com/ cialis 20mg cvs

    Posté par Aewdriep | 9 avril, 2017, 15 h 51 min

Poster un commentaire

Administration

Des questions ?
Un projet ?
Besoin d'une formation ?
espace

Houzz

stoffel_architecte sur Ennery, FR sur Houzz