// actualités

Coûts et financements

L’éco-prêt à taux zéro (éco PTZ): fonctionnement et travers

L’éco-prêt à taux zéro ou éco PTZ a été mis en place le 1er janvier 2009 dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Son objectif est de financer les opérations de rénovation énergétique de l’habitat. Cet éco-prêt est plafonné à 30.000 € pour une durée de 10 ans pouvant être prolongée à 15 ans sur décision de la banque.

Les conditions pour en bénéficier

  • Aucune condition de ressources.
  • Pour la rénovation énergétique de l’habitat principal de l’emprunteur.
  • Les travaux doivent être réalisés sur un bâtiment édifié avant 1990.
  • Les travaux doivent au moins concernés deux des six catégories éligibles (voir liste plus bas).

Une fois l’éco-prêt obtenu, le propriétaire a deux ans pour réaliser les travaux. Et à l’issu de ceux-ci il devra fournir à l’administration fiscale un justificatif attestant de la réalisation du bouquet de travaux prévu.

Liste des travaux éligibles

  • Isolation thermique des murs extérieurs.
  • Isolation thermique des ouvertures : fenêtres et portes.
  • Isolation thermique de la toiture.
  • Équipement permettant la fourniture d’eau chaude sanitaire (ECS) à partir d’énergies renouvelables.
  • Équipement de chauffage économique pouvant être couplé à un système de ventilation.
  • Équipement de chauffage à base d’énergies renouvelables.

Objectifs et travers de l’éco-prêt à taux zéro

A la base l’objectif de ce prêt immobilier est de favoriser les travaux de rénovation énergétique de l’habitat, sur fond de Grenelle de l’environnement. Il faut savoir que la France s’est engagée à diviser par quatre ses émissions de CO2 d’ici 2050. En lançant ce prêt la volonté clairement affichée était de mettre en avant principalement l’isolation thermique qui permet de réaliser des économies importantes en consommation énergétique.

La crise passant par là, cet éco-prêt à taux zéro est aussi devenu un outil de relance de l’économie. Et beaucoup d’entreprises commerciales se sont empressées d’offrir des packs PTZ comprenant par exemple l’installation d’une pompe à chaleur et le remplacement de deux fenêtres. Si l’on comprend bien l’intérêt commercial de vendre ce type de pack, l’on comprend beaucoup moins l’intérêt pour le particulier. En effet, sans une véritable réflexion globale sur la rénovation énergétique d’un logement, ce type de mesure peut rapidement se retrouver coûteuse et sans résultats visibles. Donc à moins que votre chaudière soit en fin de vie et que vous voyez dans cet éco-prêt l’occasion de la changer, il vaut mieux éviter de se lancer dans ce type de travaux sans vous être fait conseiller par quelqu’un de neutre n’ayant pas d’intérêts particuliers dans la vente de matériel.

Si vous envisagez un réel investissement dans l’objectif de baisser de manière sérieuse et pérenne votre consommation énergétique tout en valorisant votre bien immobilier il sera tout à fait pertinent de consulter un architecte. L’architecte étant l’un des rares acteurs du marché, si ce n’est le seul, dont les intérêts ne sont pas liés à la vente d’un matériel particulier. Dans le cas de travaux plus légers vous pouvez toujours consulter un architecte, ou au minimum aller consulter un des nombreux EIE (Espace info énergie). Il y a des EIE partout en France, et ils sont généralement de très bon conseil.

En général un architecte ne vous fera pas payer votre première rencontre, au pire il demandera un petit forfait qui sera déduit de ses honoraires si il fait le suivi de vos travaux. La consultation d’un Espace info énergie se fait elle aussi sans coût. Dans tous les cas, ça ne coût rien de demander, et ça peut coûter très cher de s’en passer.

Articles similaires:

Discussion

Pas de commentaires pour “L’éco-prêt à taux zéro (éco PTZ): fonctionnement et travers”

Poster un commentaire

Administration

Des questions ?
Un projet ?
Besoin d'une formation ?
espace