// actualités

Coûts et financements

Faut-il opposer rentabilité économique et rentabilité environnementale ?

On voit souvent des discours mettant en avant le coût financier des solution environnementales. Quoi que l’on fasse, le faire avec un esprit de développement durable serait forcément plus cher et moins rentable ? De mon point de vue cette vision des choses est surtout dû à une vision trop partielle, ou à trop court terme d’une situation donnée.

La notion de coût global sur le long terme : l’exemple de l’isolation

L’on sait bien aujourd’hui que construire une maison mieux isolée (BBC ou passive) coût plus cher dans l’absolu que de construire une maison classique (RT2005). Pourtant en tenant compte des taux d’intérêts, de la croissance du coût de l’énergie et des économies d’énergie que permet une maison à basse consommation, on se rend compte que le coût global des deux types de construction est équivalent. Il ne faut donc pas raisonner en coût immédiat, mais en coût global.

La notion de coût global est déjà en train de se généraliser dans la construction des bâtiments publics. Il s’agit de prendre en compte le coût total du bâtiment sur une période donnée, par exemple 25 ans, en tenant en compte tous les coûts que va générer le bâtiment sur cette période. Ainsi on ne va pas simplement raisonner sur le coût de construction mais aussi sur les coûts d’entretien, de chauffage etc…

Un exemple courant et simple à comprendre et l’isolation d’un bâtiment. Isoler mieux va coûter un peu plus cher, mais cet investissement va très rapidement être rentabilisé par les économies en chauffage et climatisation. Ainsi sur 25 ans la solution du bâtiment mieux isolé reviendra moins chère que la solution du bâtiment moins bien isolé.

La notion d’énergie grise : l’exemple de l’énergie photovoltaïque

Aujourd’hui on a tendance à estimer que la production d’électricité à partir de panneaux solaires est plus écologique que les autres types de production d’énergie. En même temps l’on sait que la production d’énergie photovoltaïque coût beaucoup plus cher que les autres types de production d’énergie. On en déduit donc naturellement que produire de l’énergie propre coût plus cher que produire de l’énergie sale.

L’énergie grise c’est la pollution non directement visible engendrée par la production d’un objet. Par exemple on a tendance à penser qu’un panneau photovoltaïque ne pollue pas. Et pourtant sa production pollue beaucoup : récolte des matières premières, transformation, transport… On ne peut donc pas comparer la pollution engendrée par deux sources d’énergie en ne les regardant qu’à un instant T. Pour être objectif on se doit d’avoir une vision globale tenant compte de la construction d’une centrale solaire, de la régularité de l’énergie produite, du transport de l’énergie, de la durée de vie de l’installation, de son entretien et de son démantèlement.

Au final on se rend compte que l’équation énergie plus propre = énergie plus chère n’est pas si simple que cela. Quelque chose qui coût cher économiquement à fabriquer aura aussi tendance à coûter cher écologiquement en énergie grise.

Conclusion

En conclusion on se rend compte que le coût financier et le coût environnemental d’une même opération sont très liés. Dire qu’un euro dépensé va directement engendrer un gramme de CO2 relâché dans l’atmosphère est sans doute un raccourcis un peu rapide, mais il reste qu’il faut se méfier des solutions engendrant des surcoûts irraisonnés et non rentable même sur le long terme. Quelque part, quelque soit le domaine concerné, une solution environnementale est une solution qui économise l’énergie dépensée pour arriver à un objectif donné. Et moins d’énergie dépensée, c’est aussi moins de coûts. Ainsi pour répondre à la question posée dans le titre de cet article, les rentabilités économiques et environnementales d’un projet sont la plupart du temps loin d’être opposées, à partir du moment où l’on raisonne en coût global et que l’on tient compte de l’énergie grise.

Note: Cet article ne cherche pas à démontrer que l’énergie photovoltaïque n’est pas écologique. Un véritable raisonnement devrait comparer les différentes sources d’énergie, leurs coûts et leurs impacts. Cette énergie a été utilisée à titre d’exemple car elle reflète bien le concept d’énergie grise. Puisque beaucoup de personnes ont tendance à penser que l’énergie solaire est totalement neutre sur le plant environnemental, alors que ce n’est pas le cas.

Articles similaires:

Discussion

Un commentaire pour “Faut-il opposer rentabilité économique et rentabilité environnementale ?”

  1. Oh man, this looks AMAZING! I just might have to give this one a try on Thursday. If you get a chance to try out the pumpkin bread pudding, let me know how it turns out! I just ate some for breakfast and it’s even better after sitting overnight and letting the flavours meld—which I imagine is probably true for your tiramisu too!

    Posté par fandango discounts | 22 mars, 2017, 11 h 26 min

Poster un commentaire

Administration

Des questions ?
Un projet ?
Besoin d'une formation ?
espace